Les chaînes de pharmacies accélèrent les ventes

Les pharmaciens canadiens affirment qu’ils subissent des pressions croissantes pour atteindre les objectifs de vente pour une gamme de produits et de services, ce qui augmente le risque d’erreurs.

Les courriels internes des principales chaînes de pharmacies canadiennes ont été partagés avec le radiodiffuseur canadien CBC et soulignent la pression exercée par les pharmaciens pour maximiser la prestation des services facturés.

Parmi les services mis en évidence, mentionnons les examens de médicaments, les vaccins contre la grippe, les programmes d’abandon du tabagisme et les trousses de dépistage de l’intolérance alimentaire.

Selon le rapport de CBC / Radio-Canada, les pharmaciens estiment que la pression exercée pour respecter les quotas d’affaires augmente la probabilité qu’ils commettent des erreurs.

En l’absence d’un suivi national obligatoire des erreurs de pharmacie au Canada, il existe peu de données sur le pourquoi et la fréquence des erreurs.

Plusieurs pharmaciens se sont exprimés sur la façon dont l’attente d’effectuer autant de services facturables que possible signifie que les services comme les examens de médicaments sont effectués rapidement et pas toujours dirigés vers les patients qui en ont besoin.

“Je pense que cela vous donne l’impression de ne pas être un professionnel de la santé. Cela vous donne l’impression d’être un vendeur de porte à porte ou un vendeur de voitures d’occasion », a déclaré un pharmacien. “Nous en tant que pharmaciens ne sommes pas allés dans cette profession pour faire cela.”

«Ils veulent que nous vendions des chèques, des vaccins contre la grippe, des tests d’hémocode, des tests d’A1C, des choses qui ne coûtent rien au magasin, mais qui font de l’argent pour le magasin», a dit un autre.

Un e-mail d’un responsable régional d’une chaîne a déclaré: “Notre demande est que vous travailliez tous vers un objectif de 7 par jour et par unité de magasin.”