En ce qui concerne le risque d’avoir des microbes intestinaux résistants chez les voyageurs, aucun antibiotique absorbable ou non absorbable n’est sûr

A l’éditeur – je remercie chaleureusement les Drs Bradley Connor et Jay Keystone pour leurs commentaires éditoriaux méritoires sur notre recherche montrant que l’utilisation d’antibiotiques prédispose les voyageurs à la colonisation avec des Enterobacteriaceae productrices de bêta-lactamases à spectre élargi ESBL-PE Reconnaissant leur discussion valable dans son ensemble, j’étais cependant préoccupé par une proposition – la chimioprophylaxie avec des antibiotiques non absorbables comme une alternative – qui contredit essentiellement notre objectif, la prudence avec les antibiotiques nonabsorbables. Les antibiotiques Bien qu’attaquant l’agent pathogène, les antimicrobiens tuent aussi des spectateurs innocents, des membres du microbiote fournissant une résistance à la colonisation contre les envahisseurs Perturbant cette barrière dans l’intestin, absorbant les antibiotiques ou non-espace pour les nouveaux arrivants Rifaximin, un antimicrobien non absorbable utilisé par exemple pour TD, a un frère d-spectre activité in vitro contre les bactéries aérobies et anaérobies, Gram-positives et négatives De notre point de vue actuel, plus le spectre est large, plus les dommages sont importants, mais moins efficaces que les fluoroquinolones et l’azithromycine dans la sélection de microbes multirésistants [ ], la rifaximine fonctionne finalement comme n’importe quel antimicrobien: elle ouvre la porte aux nouveaux arrivants locaux Lorsqu’ils sont pris dans un environnement avec une prévalence élevée de bactéries intestinales multirésistantes et une mauvaise hygiène, les nouveaux arrivants incluent inévitablement des bactéries résistantes mycose vaginale. Par conséquent, en matière de colonisation, les sans danger pour les voyageurs, soit; et les antimicrobiens prophylactiques contre TD seraient, en effet, la dernière alternative, mettant n’importe qui impliqué à un risque inutileJe souhaite également commenter un point présenté, pas dans l’éditorial, mais dans les discussions en ligne professionnelles déclenchées par notre étude Je suis d’accord avec Les antibiotiques des voyageurs ne contribuent probablement pas beaucoup à l’augmentation totale de la résistance, représentant une proportion mineure des antimicrobiens consommés dans les pays en développement. Ici, le point central semble être manqué: ce que font les voyageurs facilite la propagation des bactéries résistantes aux Pays de prédominance Avec environ un million de visites annuelles dans les régions subtropicales , le rôle des voyageurs est évident Dans nos données,% avaient de la TD; ESBL-PE a été contractée par% de voyageurs sains TD-AB-,% de ceux avec TD n’utilisant pas d’antimicrobiens TDAB-, et% avec TD utilisant des antimicrobiens TDAB Appliquant ces chiffres au nombre total de voyageurs, et supposant que personne n’a pris d’antibiotiques Si des antibiotiques étaient utilisés dans tous les cas de TD, le nombre serait de millions: millions de transporteurs supplémentaires retournant dans des régions à faible prévalence – et encore plus, si tous les voyageurs prenaient des antibiotiques comme chimioprophylaxie. En conseillant les voyageurs, nous pouvons les protéger contre la colonisation et les infections potentielles par des bactéries résistantes et réduire considérablement le nombre de porteurs qui se retrouvent dans nos pays. Le problème de la résistance, bien qu’il doive être principalement abordé dans les régions en développement, est incontestablement mondial. soutenir la lutte dans les régions à haut risque, nous dans les pays développés avons la responsabilité de lutter contre la propagation mondiale et le droit de protéger nos pays et les hôpitaux de voyage praticiens de la médecine ne voulant pas leurs clients à importer des bactéries résistantes devraient les conseiller aux antibiotiques pour TD légère / modérée

Remarque

Conflit d’intérêts potentiel L’auteur certifie qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts potentiel. L’auteur a soumis le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits potentiels de conflits d’intérêts que les éditeurs jugent pertinents pour le contenu du manuscrit.