EC lance un débat sur l’avenir des revues scientifiques

Une nouvelle étude sur la façon dont l’industrie européenne de l’édition scientifique peut faire face à Le rapport, qui a été commandé par la Commission européenne et préparé par l’Université libre de Bruxelles et l’Université des sciences sociales de Toulouse, affirme que des allégements fiscaux pour les éditeurs électroniques et la création d’archives de recherche paneuropéennes à but non lucratif sont deux moyens de préserver la publication scientifique tout en rendant l’information scientifique accessible à tous calculs biliaires. Le rapport de 112 pages recommande également que les résultats d’archivage soient une condition du financement. L’étude arrive à un moment où les bibliothèques et les particuliers annulent leurs abonnements aux revues traditionnelles et choisissent plutôt de chercher de l’information en ligne Le rapport indique qu’entre 1975 et 1995, les prix des revues ont augmenté de plus de 300% par rapport à l’inflation et que ces hausses se sont accompagnées d’une baisse des abonnements. Il est à craindre que la facilité de découverte des résultats par de meilleurs moteurs de recherche ne nuise à la viabilité de l’industrie de l’imprimerie. L’étude recommande une série de mesures pour encourager l’édition scientifique à s’adapter au nouveau climat, notamment en révisant le traitement fiscal défavorable. par des publications électroniques en réduisant les taxes prélevées sur les ventes ou en accordant aux institutions de recherche des remboursements d’impôt, comme le font actuellement l’Allemagne et la Suède.