Coca-Cola boycotté pour avoir exploité de précieuses ressources en eau en Inde

Plus d’un million de commerçants en Inde ont déclaré qu’ils boycotteraient Coca-Cola, et d’autres géants de la boisson comme PepsiCo, pour leur exploitation des ressources en eau du pays. Les militants disent que dans des régions comme le Tamil Nadu frappé par la sécheresse, l’utilisation de l’eau de ces grandes entreprises de boissons est tout simplement insoutenable. Deux associations commerciales indiennes sont reconnues pour avoir mis au jour cette grave affaire et suscité le boycott.

Le Tamil Nadu est un État du sud de l’Inde qui compte une population plus importante que celle du Royaume-Uni. L’état a déclaré tous ses districts frappés par la sécheresse en janvier 2017. Il n’est pas surprenant que les gens soient fâchés contre les grandes entreprises de boissons: les agriculteurs se suicident et font face à des récoltes massives, alors que ces entreprises aspirent 400 litres d’eau pour produire un litre de soude.

Les commerçants du Tamil Nadu disent qu’ils prévoient de remplacer les sodas de grande marque par des boissons gazeuses produites localement. “Ces compagnies étrangères utilisent les maigres ressources en eau de l’Etat”, explique K. Mohan, secrétaire de Vanigar Sangam, une association qui soutient le boycott.

The Guardian rapporte que le président de Vanigar Sangam, Vikram Raja, a déclaré: “[Les sociétés étrangères] exploitent les plans d’eau de l’Etat pour fabriquer des boissons gazeuses alors que les agriculteurs sont confrontés à une grave sécheresse.”

En raison de la faible quantité de pluie pendant la dernière mousson, les inquiétudes concernant les quantités extrêmes d’eau utilisées par des sociétés comme Coca-Cola ont commencé à augmenter. Amit Srivastava, directeur de l’ONG India Resource Reserve Centre, estime que la quantité d’eau nécessaire à la culture de la canne à sucre pour les boissons gazeuses est incluse dans leur consommation d’eau. Il ajoute à un astronomique 400 litres d’eau juste pour produire une bouteille de soda d’un litre.

Srivastava estime que la demande de sucre et d’eau pour créer ces boissons gazeuses est très problématique pour l’Inde. “La canne à sucre est une culture qui consomme beaucoup d’eau. C’est la mauvaise récolte pour l’Inde “, a-t-il déclaré.

L’année dernière, en novembre, le tribunal de Madurai de la Haute Cour de Madras a accordé une injonction provisoire contre Coca-Cola et PepsiCo pour empêcher les sociétés de prendre l’eau de la rivière Thamirabarani. Secrétaire de l’Association de protection du consommateur du district de Tirunelveli, le Dr Prabakar avait déposé une pétition contre les géants de la boisson. La pétition exigeait l’interdiction de l’utilisation de l’eau par les compagnies de la rivière Thamirabarani

L’avocat du requérant a noté que la rivière est essentielle pour l’agriculture et les moyens de subsistance des populations qui vivent à proximité – et que l’utilisation de l’eau par les entreprises nuisait à ces résidents et à ces entreprises agricoles. Le gouvernement a répliqué avec des affidavits qui prétendent que seul l’eau «excédentaire» est donnée aux sociétés. Il est difficile d’imaginer qu’il y ait un excédent dans une région du pays qui vient d’être déclarée en état de sécheresse, mais, ce qui n’est pas surprenant, la cour a choisi de rejeter les pétitions.

Malgré le renvoi de la cour, les associations professionnelles indiennes ont montré qu’elles ne seront pas aussi facilement démantelées. Les commerçants du Tamil Nadu ont commencé à retirer les sodas de marque Coca-Cola et Pepsi de leurs rayons au début du mois de mars.

L’Indian Beverage Association serait mécontente du boycott; étant donné que l’organisation représente de grandes associations de boissons, leur désapprobation n’est pas inattendue. L’industrie des boissons n’est pas exactement connue pour ses pratiques commerciales sympathiques, et il va de soi que leur organisation commerciale ne serait pas différente.

L’eau est l’une des ressources les plus précieuses de la Terre. Malheureusement, de nombreuses entreprises – et leurs pigeons – ne voient l’eau que comme une marchandise à utiliser pour le profit.