Clarification: les médecins n’ont pas accusé les autorités indiennes de masser les données sur la lèpre

Editor — au Press Club de l’Inde le 6 mai 2005 n’a pas accusé les autorités de l’état indien de masser les chiffres de la lèpre, comme rapporté par Mudur.1Le titre de l’article ne reflète pas les actes de la conférence de presse où JP Muliyil et moi avons participé , avec d’autres. Le but de la présentation était de porter à l’attention de la communauté en général par l’intermédiaire des médias que la lèpre en tant que maladie et ses conséquences, telles que les malformations, ont été contrôlées dans une mesure notable, mais les nouveaux cas En plus de complications telles que la déformation visible, ainsi que la réadaptation socio-économique très déficiente, ces maladies devraient continuer à inquiéter le public et les autorités concernées.J’ai été cité comme disant que la lèpre restera un problème de santé publique même après que la prévalence tombe à un pour 10 000. Ce n’est pas une version correcte de ce que j’ai dit. Ce que j’ai dit, c’est que compte tenu de la définition actuelle de l’élimination de la lèpre comme une prévalence de moins de un pour 10 000, avec une population actuelle de plus de 110 crores [1 crore = 10 millions], le pays continuera à avoir plus d’un 1 lakh = 100 000] patients par an. Ne seront-ils pas un problème de santé publique?